L’Olibrius : bon exemple d’une utilisation professionnelle de Facebook pour un restaurant

Facebook n’est prévu que pour les grosses structures ? les petits ne peuvent rien tirer de ces outils ? si vous avez ces a prioris je vous conseille de lire la suite et de voir comment un restaurant du centre de Lille, l’Olibrius utilise simplement Facebook pour atteindre une cible fidèle avec son profil et sa page Facebook.

facebook-l-olibrius-marketing-on-the-beach

L’Olibrius associe l’utilisation d’une page et d’un profil de manière cohérente :

  • Le profil Facebook lui permet d’échanger avec sa communauté
  • La page fournit les coordonnées et les informations liées au restaurant

Le restaurant affiche le menu du jour dans son statut Facebook afin d’informer ses « followers ». Cette action permet deux choses :

  • être présent régulièrement auprès de ses clients
  • Obtenir du feedback sur ses plats pour les adapter
  • permettre à ses clients de diffuser le plat à leurs amis
  • et évidement augmenter la fréquentation du restaurant le midi !

Les « j’aime ça », si caractéristique de Facebook, accompagnent régulièrement les commentaires des clients. Absent du profil, on regrettera simplement le manque de photos et de vidéos des soirées pourtant annoncées. Avec 460 amis, l’établissement s’est constitué une communauté assez localisée. En intégrant des groupes autour de son activité comme « pour que le vin soir classé produit culturel », l’Olibrius a trouvé un bon moyen de se rendre visible sur d’autres espaces en ligne.

L’Olibrius tire donc avantage du réseau social Facebook en interagissant avec sa communauté. Le responsable offre matière à échanger en ouvrant son menu aux remarques des clients. Il peut ainsi l’améliorer et se montrer à l’écoute de ses clients aux yeux de tous les visiteurs.

A s’en inspirer sans modération !

  • drmad

    Oui mais sur une page, tout se qu'il fait sur son profile est possible. Alors pourquoi faire un profil ?

  • http://www.facebook.com/people/Thomas-Landru/755134716 Thomas Landru

    les pages de « fan » posent un soucis pour diffuser l'information sur le flux d'activités des « fans » je pense, il est beaucoup plus aisé de se faire passer pour une personne physique pour ca d'après moi.

    Ravi de voir que ca se fasse sur lille, je m'occupe actuellement de réaliser une page similaire pour un salon de coiffure lillois.

  • http://fr-fr.facebook.com/nellio Lionel DAMM

    Comme le dit Thomas, la diffusion des updates est différente. Rappelons d'ailleurs que ceux ci s'intégrent progressivement dans les wall des utilisateurs mais qu'aujourd'hui, on fait d'autant plus attention aux updates des profils ;-)

    En plus de ca, les pages fan comme nous les connaissons actuellement avec l'update du statut à la mode « profil » sont récentes.

    Dans la durée et si les updates des Pages sont parfaitement intégrés au wall des utilisateurs, en effet, il y aura très probablement doublon dans l'usage :)

  • stephanethorel

    C'est top de parler de ton métier et de tes convictions 2.0 avec un regard objectif. C'est ce qui t'as poussé à juste titre, à parler d'une initiative « de petit ». Le web a longtemps était le terrain de jeu des multinationales, mais le Web 2.0 et le monde du libre remettent de l'ordre dans tout cela. Les « petits » peuvent user de créativité pour intégrer avec succès l'infosphère et désormais le web est un outils de proximité, de chaleur humaine et de bon vivre ! Ce cas le démontre ! bravo et merci pour ce billet.

  • http://fr-fr.facebook.com/nellio Lionel DAMM

    Merci pour ce commentaire Stephane !

    En effet, on a souvent tendance à parler des plus « gros » et de leurs initiatives car celles ci sont plus facilement visibles. Mais de nombreux « petits » s'y mettent et le font TRES bien. Cependant, ils sont plus difficiles à détecter :)

    En tout cas ton commentaire me conforte dans cette idée d'offrir des cas d'écoles de plus petites structures qui utilisent ces nouveaux médias.

  • Pingback: Les fou R.O.I | News | Paris Labs, agitateur de communautés

  • Pingback: Les fous du R.O.I | Helia... le blog