Une mesure d’audience grande comme ça

Il y a peu, nous évaluions le calcul de la popularité des sites. Un article de Netco expose un autre pan de ces calculs : celui de l’audience. Déterminante, cette dernière est l’argument massue mis en avant lorsque l’on tente d’attirer des annonceurs sur sa plate-forme.

Deux mesures s’opposent traditionnellement : le User Centric et le Site Centric.

User centric

Cette méthode, issue de l’analyse des médias traditionnels, s’oriente vers une expertise exercée sur un panel d’utilisateurs. De l’activité et des comportements de ces derniers, des instituts externes tirent des conclusions (quelles applications utilisées, quels médias consultés, quels sites e-commerce fréquentés, …).

Site Centrics

Cette analyse est orientée vers les données recueillies directement sur les sites web (« Cette mesure peut se faire directement depuis son propre serveur web avec l’analyse des logs, par le biais d’un serveur de bannières publicitaires ou via l’installation de « traqueurs » directement dans le code HTML des pages d’un site web », précise Neteco).

La première méthode est souvent critiquée à travers le panel constitué ; en effet, ces panels sont-ils réellement représentatifs du public-cible d’un site web ? La question se pose régulièrement. D’autant plus que d’instituts en instituts, le nombre d’internautes varient suivant les panels (environ 8 000 pour Médiamétrie Nielsen et plus de 20 000 pour Comscore).

La seconde est contestée du fait que son analyse se base sur des outils traqueurs que l’internaute peut lui-même court-circuiter. Un internaute qui effacerait ses coockies régulièrement deviendrait, dans la colonne des résultats mensuels, non pas un visiteur, mais plusieurs. Alors que suivant l’analyse du User Centric (panel), il serait un visiteur unique durant la même période.

D’autres solutions ?

On envisage plutôt d’autres critères. Comme celui du temps passé par un internaute sur un site. « Le temps passé sur un site est une meilleure mesure de l’engagement des internautes pour un site Internet ou une application », a ainsi expliqué Scott Ross, Directeur marketing du classement Nielsen/Netratings.

Ou alors, pourquoi ne pas passer par les tubes des FAI (Fournisseurs d’Accès Internet)? Neteco conclut en disant : « Enfin, notons l’existence de mesures combinant sans doute le meilleur des deux mondes : l’analyse du trafic IP des fournisseurs d’accès. En effet, en analysant précisément tout ce qui passe par les tuyaux des fournisseurs nord américains (chaque page visitée, chaque image chargée, chaque appel VoIP, …), le service propose des chiffres exhaustifs et précis sur la consommation internet de tous les abonnés. »