Identités numériques : me, myself and I

Dans le monde qu’on pourrait croire éphémère du net, on distingue trois catégories d’utilisateurs. Ou du moins, trois identités sous lesquelles ils s’exposent. Nicolas Riou les classifie ainsi : le prolongement de soi, l’extension de soi, ou l’anonymat total qui se traduit par une rupture identitaire.

Pour certains esprits chagrins, le net pourrait être l’outil absolu de la déshumanisation des personnes. Cette analyse est contestable car elle part du principe que dans la vie réelle, nous serions « je », un je incontestable et véridique ; alors que le web serait le lieu d’un autre « je », d’une l’image trompeuse de soi.

Etrange analyse car, finalement, se bâtir une « fausse » identité ne démarre-t-il pas sur base des phantasmes qui nous habitent ? Et quoi de plus incontestable et véridique que nos phantasmes ?

Fondement et gestion : 50/50

cavazza identité numériqueQuoi qu’il en soit, il est probable que le véritable enjeu de l’identité se situe autant dans son fondement que dans sa gestion. Fred Cavazza nous dresse un topo de cette gestion , ses forces et ses faiblesses.

De manière très synthétisée, nous pouvons tirer comme conclusion qu’un individu ou une entreprise (autre identité virtuelle de fait), qu’elle que soit la nature de son identité virtuelle, est amené à capitaliser cette identité. Et qui dit capitaliser, dit durée.

Or aujourd’hui, les traces de toute identité sur le web sont prégnantes. Et les données qui tracent de plus en plus précisément les contours d’un individu s’accumulent plutôt que se remplacer les unes les autres.

Il est donc essentiel, dans cette gestion au quotidien, non seulement de réfléchir aux conséquences de ses actions mais aussi de prévenir. Prévenir simplement les changements de cap. Ce que vous êtes aujourd’hui, n’est pas forcément ce que vous serez demain. Et il n’y a nul embarras à admettre que ce qu’on l’on pensait hier, on le pense différemment aujourd’hui.

A la fin de l’article de Cavazza, vous trouverez une liste profitable des différentes facettes qui composent une identité virtuelle et les plates-formes à même de les traiter.

Vous trouverez aussi un exemple de gestion d’identité – turbulente – ici.